Débriefing tournage : vidéo équestre avec Claire et Garri

Petit récit de ma demi-journée de tournage avec un cheval et sa partenaire de choc !

Avant tout, le résultat final :

La plupart des photos de cet article ont été prises par Nicolas, le compagnon de Claire. Merci à lui, il a grave assuré : prise de photos, portage de matériel, et incroyable capacité à se fondre dans le décor dès qu’il craint de rentrer dans le cadre. J’en profite pour faire passer un message : si vous faites une séance vidéo équestre avec moi, essayez de venir avec quelqu’un comme Nicolas (petit ami, frère/sœur, papa/maman, amant/maîtresse) pour m’aider à porter mon matériel et celui du cavalier, ça m’aide énormément, et je vous jure que ça n’est pas lourd !

La météo

Mon seul regret de cette journée : une météo pas très sympa, qui alterne sans cesse entre épais nuages et courtes éclaircie. Ce sera tout au long de la journée un certain calvaire de changer mes réglages de caméra en fonction de l’exposition qui varie constamment. En vidéo, on n’a pas le droit aux modes automatiques ou semi-automatiques : un changement d’ouverture ou de vitesse d’obturation en plein milieu de plan, c’est extrêmement moche !

Je passerai aussi beaucoup de temps au montage à harmoniser les plans afin de ne pas trop laisser apparaître ces disparités.

Préparation et mise en place du drone

J’arrive assez tôt le matin, vers 8H, pour profiter au max de la matinée. J’aurais bien aimé filmer sur fond de lever de soleil, mais fin mai, avec une heure de route, ça pique trop au niveau de l’heure du réveil !

Je prends quelques images de la préparation du cheval, celles que l’on voit au début du montage.

Vient ensuite le moment fatidique de l’entrée dans le terrain de pétanque géant. Claire me dit que ça s’appelle une carrière, mais j’ai du mal à la croire. Bref. Première étape : on fait découvrir le drone à Garrincha, pour qu’il s’y habitue et pour être certain qu’il ne va pas en avoir peur. Pour ce faire, on suit les conseils prodigués dans une super vidéo trouvée sur Youtube. On fait renifler le joujou au cheval, on le fait passer à la main tout autour de lui, et puis vient le moment où je le fais décoller à une dizaine de mètres de notre acteur star. Le moment de vérité. Et là, la réaction du cheval en est presque décevante : il s’en fout royalement !

Là on dirait que Garri fuit le drone, mais pas du tout : il fait sa vie, rien à braire.

Je m’approche de lui, par l’avant, par l’arrière, je rentre et sors de son champ de vision par les côtés et par le dessus. Ça l’indiffère totalement. Bonne nouvelle donc, je vais pouvoir virevolter autour de mes sujets sans le moindre stress ! Je me sens juste un peu snobé par le cheval, mais je m’en remettrai.

Échauffement dans la carrière

Claire s’amuse avec Garri, lui fait faire des trucs en utilisant des machins (désolé, mes compétences équestres s’arrêtent là). Elle me parle pendant qu’elle fait tout ça, en m’expliquant qu’elle va lui faire faire tel mouvement, lui faire prendre telle pose. Elle est au top, gràce à ses indications je sais quand et quoi filmer. Pour cette première partie, ainsi que pour la majorité du tournage, j’utilise ma caméra montée sur stabilisateur :

Je cours comme un dingue à côté de Claire et Garri, tout en filmant et en cadrant. Etant donné que ça bouge dans tous les sens et qu’il est dur de les suivre, je ferme mon objectif à F/8 pour avoir une forte profondeur de champ et ne pas avoir à toucher à la mise au point pendant que je cadre. Ça me permet de me concentrer sur ma course et de m’assurer d’avoir des images bien mises au point.

Sur la photo on a l’impression que je me balade avec un petit jouet, mais celui-ci pèse plus de 3kg. Je peux dire que j’ai mouillé le tee-shirt.

Petite surprise : Garri n’apprécie pas trop la présence d’un taré avec un gros machin noir dans les mains qui court a côté de lui, voire qui s’approche de lui un peu fort parfois. J’étais tellement focalisé sur le drone que j’en ai oublié de le rassurer sur ma propre présence ! Claire m’a alors procuré une friandise à lui donner pour gagner sa confiance. Super idée, en dehors du fait que j’ai enduit ma main et donc mon matériel de la sacro-sainte bave de l’animal.

Drone et sécurité

Vient le moment de faire voler le drone pour de bon au dessus de la carrière afin de faire des images. Je ne suis pas super convaincu par les lieux : d’un côté de la carrière, à une dizaine de mètres, un câble téléphonique. De l’autre côté, une clairière avec d’autres chevaux qui pourraient être effrayés par le drone. Enfin, l’aperçu des images sur mon moniteur achève mon entrain : une carrière vu de haut, c’est pas super beau. Et histoire de bien confirmer mes doutes, il s’avère que j’ai énormément de mal à suivre Claire et son cheval dans ce lieu : ils courent de partout, changent de direction constamment. Je n’arrive que très peu à les suivre, et les 2 seuls plans potables se trouvent dans la vidéo. Ce n’est que par la suite, une fois sortis de la carrière, que je vais vraiment pouvoir exploiter le drone comme il se doit.

Petite parenthèse sur la loi : il est formellement interdit de faire voler un drone au dessus d’une personne, quelle qu’elle soit. Mais il y a une exception : si cette personne fait partie d’un tournage qui requiert le drone et sans lequel elle ne serait pas là, c’est autorisé, moyennant une attestation à signer. On est ici dans un tel cas : nous étions dans le cadre du tournage de cette vidéo, nous étions là pour ça. Par exemple, si j’avais suivi Claire à un concours, je n’aurais pas eu le droit de la survoler en drone : la raison de la présence de Claire est le concours, pas le tournage de la vidéo.

Quelques exemples de survols :

  • des acteurs ou figurants sur le tournage d’un film : légal ;
  • des marathoniens en train de courir : illégal ;
  • le public d’un événement de n’importe quelle nature : illégal ;
  • des mariés et leurs invités lors d’un mariage : illégal. Tout le monde est là pour se marier, pas pour tourner une vidéo ;
  • des mariés lors de leur séance photo/vidéo : ça fait débat, mais personnellement je dirais « légal ». C’est un instant dédié à la prise de vues, les mariés sont là pour ça. Après, on peut rétorquer que la séance a lieu le jour du mariage, ce qui nous fait retomber sur le cas précédent. C’est typiquement le genre de cas flou sur lequel le télépilote doit prendre ses responsabilités, quitte à se dire que la question trouvera se réponse au tribunal en cas de chute du drone sur une personne. Ambiance.

Pour ma part, je ne prends aucun risque : je ne survole personne lors des séances photos de mariages, je vole à côté d’eux et je les filme « en oblique » (car une interdiction de survol n’implique pas une interdiction de vol à distance des personnes). Je souhaite aussi ne pas survoler le cheval et sa cavalière, mais l’imprévisibilité de leurs mouvements fait que je me retrouve parfois au dessus d’eux malgré moi.

Balade

Nous sortons dans les environs du club équestre pour faire quelques images. Je crois que c’est ma partie préférée de la matinée. J’en profite pour sortir ma deuxième caméra, équipée d’un assez gros zoom, et simplement montée sur un trépied pour une stabilité rudimentaire. Garrincha allant maintenant au galop, je ne peux plus le suivre, je me rabats alors sur une longue focale.

C’est aussi le moment de bien exploiter le drone. Je suis très content des plans que l’on fait.

Je suis aussi très content des détecteurs d’obstacles du Mavic Air dans ce bois : herbes hautes et branches qui pendent en auraient fait une bouchée s’il ne s’était pas arrêté tout seul à certains moments.

Au passage, sous ces arbres, on se fait attaquer par les moustiques comme c’est pas permis. Je fais mes plans en vitesse et je m’en vais en courant.

Le château

On finit la matinée dans la cour d’un magnifique château qui sert de maison de retraite pour gens de l’église, si j’ai bien compris. On fait de belles images, je suis très content de ce qu’on arrive à faire.

Bonus track

Le tournage est terminé. J’ai droit à une petite prestation personnelle : chevaucher Garri ! Admirez ce style.

 

Drone, Tournage

2 Comments

  1. Bravo pour ce film et merci pour les explications ! 🙂

    le plan où Claire recule a vitesse normale puis en ralenti, tu le fais comment niveau réglages caméra et montage ?
    tu shootes en 25fps ?

    1. Ouch, du contenu qui a 4 ans et que j’ai du mal à assumer maintenant, ça fait bizarre 😉

      Tournage à 50fps. Le début du plan est passé à 25fps, mais à vitesse 100%, en retirant une frame sur deux. La seconde partie du plan est passée à 50% de vitesse.

      Merci à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.