Exportez vos vidéos en 25 images par seconde

C’est l’erreur de base que je vois le plus chez les débutants qui publient leurs oeuvres sur Youtube et équivalents : leurs vidéos tournent à 30, 50, voire 60 images par secondes. Et c’est très moche. Voici un exemple :

Si vous ne voyez pas la différence, enchaînez plusieurs vidéos ayant les deux cadences, accoutumez vos yeux. Si vous préférez la vidéo à 50 fps, je suis désolé pour vous. Il y a un domaine dans lequel les hautes cadences peuvent bien rendre : le sport. Pour le reste, c’est 24 et 25 fps. On peut dire que c’est une affaire de goûts, mais je peux dire que ceux qui aiment les hautes cadences ont des goûts de merde.

Si vous êtes à la recherche du fameux style « cinéma » (ou cinématique, ces termes qui n’ont aucun sens et que je déteste), les hautes cadences vous disqualifieront d’entrée en donnant un aspect « vidéo » à votre image. Prenez le temps de bien régler votre caméra sur ce critère : c’est le réglage le plus facile, ce serait dommage de le rater.

Les « profanes » ne vous diront jamais que votre vidéo a la mauvaise cadence d’image. Par contre, il verront que quelque chose cloche, les images ne vont pas les marquer, mais ils ne sauront pas dire pourquoi.

Et si on veut faire des ralentis ?

25 images par secondes, c’est la cadence d’images de votre vidéo finale. Pas forcément celle de vos images brutes. Personnellement, je filme en multiples de 25 (25, 50, 100), pour pouvoir ralentir facilement en divisant la vitesse par deux ou quatre. Il y a aussi des fois où je filme à 50 images par seconde sans pour autant passer le plan au ralenti au final. Auquel cas, une image sur deux est supprimée.

Si vous avez filmé par mégarde en 30 fps, c’est un peu difficile à rattraper. La seule solution est de dire à votre logiciel de montage d’interpréter les rushes en 25 fps, ce qui aura pour effet de légèrement les ralentir. Inutilisable si vous comptez exploiter l’audio de vos rushes. Et puis ça donne un ralenti à peine perceptible, pas très prononcé, qui peut donner une impression de mollesse.

Pourquoi pas 24 images par seconde ?

C’est très bien aussi. Personnellement j’ai du mal à voir la différence entre 24 et 25 fps, donc je vais au plus simple avec mes multiples de 25 qui m’évitent de trop réfléchir. Je vous passe les explications sur le choix original de 24 fps pour le cinéma et pourquoi on a du 25 ou 30 fps à la TV : c’est long, et je serais capable de dire trop de bêtises à ce sujet.

Les effets de bord

Le choix de la cadence d’images a d’autres effets que cette impression de fluidité variable dont je parle : il agît aussi sur la perception des écrans et de certains éclairages, qui peuvent se mettre à scintiller. Je ne vais pas traiter ce sujet dans cet article qui est centré sur l’aspect « artistique » de la cadence d’images. Pour les détails techniques (surtout sur les questions de scintillement qui peuvent poser de gros problèmes), je vous recommande de faire des recherches sur les standards PAL et NTSC.

Montage, Tournage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.