De micro-entreprise à EURL : choisir son positionnement

Retour d’expérience et réflexions diverses.

On y est : je suis en train de fermer ma micro-entreprise et de créer une EURL nommée Lapsody Films. Cette micro-entreprise aura duré 3 ans, dont 2 ans passés à lancer mon activité en parallèle de mon ancien emploi salarié et un an passé à plein temps.

J’avais déjà parlé de tout ça dans mon précédent billet sur les tarifs d’un vidéaste, mais maintenant que ça devient concret, j’aborde le sujet plus en détails.

Grandir pour ne pas mourir

Ce changement est une sorte de fuite en avant : pour pérenniser mon business, je dois le faire grandir. Je pars du principe qu’il est toujours nécessaire de chercher la croissance pour survivre, afin de pouvoir encaisser les éventuels coups durs. J’interviens donc sur des projets de plus en plus complexes, qui engagent toujours plus de frais et qui font appel à de plus en plus de personnes.

Dans ce contexte, le statut de micro entreprise n’est plus du tout adapté (ce qui est normal, vu qu’il est fait pour lancer et tester son business). C’est donc naturellement que je passe sur un statut beaucoup plus robuste.

Changement de communication

Ce changement n’est pas que fiscal et comptable : je me présente désormais sous un nom d’entreprise, et plus sous mon nom propre. Le but est d’avoir une approche « boite de production » et plus « petit vidéaste indépendant qui bricole ses vidéos tout seul dans son coin ». Cela permet d’envoyer le message que des projets de toutes tailles sont envisageables, et que je ne sois pas le seul intervenant. Voire même que je sous traite totalement certaines prestations.

Ce changement permet aussi de m’éloigner de l’étiquette « prestataire vidéo » purement technique, et de mettre en avant les dimensions « conseil » et « accompagnement » de mon offre.

L’autre voie possible

Avant de choisir la solution entrepreneuriale, un autre choix se présentait à moi : rester à ma place de prestataire purement technique, me spécialiser dans un métier particulier, et me vendre en intermittent du spectacle. C’est une approche totalement valable si c’est votre tasse de thé. Ce n’est pas la mienne, car non seulement j’ai l’esprit d’entreprendre, mais en plus je n’ai aucune expertise technique : je sais faire un peu tout à un niveau acceptable (cadrage, montage, réalisation, VFX…), mais je ne suis expert en rien.

Je suis très bon pour gérer une équipe, organiser un projet, faire le suivi client. Mais je suis inutile en tant que technicien sur un gros tournage (cinéma, pub tv), là où les métiers sont très spécialisés.

A partir de ce constat sur moi même, le choix était tout fait. Je vois souvent cette question du positionnement revenir chez de jeunes vidéastes, qui par exemple ne savent pas s’ils doivent englober le coût d’un acteur dans leur devis ou si le client doit se débrouiller pour trouver et payer l’acteur. La réponse dépend de ce que l’on veut faire : soit être prestataire technique pour une boite de production ou une agence de communication, soit être une entreprise qui apporte une solution clé en main à un client. Et il faut absolument trancher, et ne pas rester coincé entre les deux une fois passée la phase de test de votre business.

Communication, réseaux sociaux et blog

Le passage en boite de production va me permettre de clarifier ma communication, qui pour l’instant mélangeait tout :

  • mon compte twitter parlait à la fois de mon activité pro, de films, de jeux vidéos, de chats, de ma fille…
  • Même chose pour mon Instagram.
  • ce blog n’avait pas de cible spécifique : certains articles étaient à destination de mes prospects, d’autres à destination des vidéastes.

Maintenant, ma société a son propre Twitter, Facebook, et Instagram. Ce blog sera maintenant rattaché à mon nom et partagera mon expérience personnelle. Je me permettrai d’aborder des sujets un peu plus larges. Bref, je parlerai de ce que je veux en me souciant moins de jouer sur l’image de ma marque, qui sera totalement séparée. Cela explique pourquoi ce site est maintenant un blog et que j’en ai retiré toutes les pages de présentation de mon activité.

Le timing

Ce gros changement arrive en pleine pandémie du COVID-19, et ce n’est pas un hasard. Il était à la base prévu pour dans 6 mois, en octobre. Mais le confinement aidant, toutes mes prestations du moment sont repoussées. Et étant plutôt pessimiste sur cette crise en cours, je doute que tout cela revienne à la normale rapidement. Ayant la majorité de mes contrats en pause, j’ai eu beaucoup de temps pour avancer la création de l’EURL et la mise en ligne du nouveau site. En bref, c’était le moment de le faire, pour pouvoir relancer la machine à plein régime une fois la pandémie sur la pente descendante.

Philosophie

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.