Fixer ses tarifs de vidéaste par rapport à la convention audiovisuelle

Huell Money Meme Template | Huell Rolling In Money | Know Your Meme

Money !

Cet article est une autre approche complémentant le précédent article sur le sujet. Ce dernier était assez généraliste, et pouvait s’appliquer à plusieurs types d’indépendants en micro entreprise. Ici, on va parler spécifiquement de métiers de l’audiovisuel tout en élargissant à des structures de tous types en nous basant sur la grille de salaires des intermittents du spectacle.

En écrivant cet article j’ai beaucoup en tête le « bébé vidéaste ». C’est à dire le ou la passionnée de vidéo qui veut en faire son métier, qui créée sa société, mais qui ne sait pas comment fixer ses prix, et pire : qui se brade, pour plein de mauvaises raisons liées au fait qu’elle est passionnée avant tout. En général, cette personne commence avec un statut de micro-entreprise. Je ferai ainsi beaucoup référence à cette situation dans mes explications.

L’intérêt des calculs faits dans cet article est aussi de vous préparer à faire grossir votre business : lorsque vous commencerez à embaucher des intermittents pour travailler à votre place, vous aurez déjà le mode de fonctionnement en tête.

Attention : cet article n’est qu’un exemple de manière de procéder basé sur mon expérience restreinte, avec des calculs approximatifs pour avoir des estimations grosse maille. N’hésitez pas à suivre vos propres raisonnements tant qu’ils vous assurent une rémunération un minimum décente.

La référence : la convention audiovisuelle

Le document en question à garder dans ses marque-pages : Convention Audiovisuelle.

Le principe est de voir comment sont payés au minimum les salariés en intermittence du milieu audiovisuel pour se calculer un prix à nous, entrepreneur dans la vidéo en indépendant.

Attention : il y a plusieurs versions de la convention qui se succèdent au fil des années, en mettant les salaires à jour. Il est difficile d’obtenir facilement la dernière grille de salaires, vu que les derniers avenants se contentent de dire « on augmente tous les salaires de X% ». Et en faisant des recherches sur Google on tombe facilement sur des sites de profiteurs qui essaient de nous faire payer pour obtenir ce document public censé être gratuit. Le lien que j’ai donné est une vieille version qui a le mérite d’être accessible facilement. Ainsi, les salaires ont depuis augmenté, et les chiffres donnés ici sont des estimations grosse maille, il convient donc de faire vos propres calculs pour avoir les bonnes estimations.

Du salaire à la somme facturée

Prenons un exemple concret : comment facturer une journée de tournage pour un vidéaste indépendant qui vient tout seul avec son matériel ? Le tout pour filmer une interview avec deux caméras, un peu de lumière et un micro cravate.

On peut commencer par aller voir combien est payé un cadreur dans la convention :

A voir si vous vous voyez comme cadreur ou bien cadreur spécialisé, cela dépend de ce que vous filmez et comment vous le filmez. Vous pouvez aussi situer vos tarifs entre les deux.

On va dire qu’on s’estime comme cadreur, soit 256.40€ par journée de 8 heures. Il s’agit du salaire brut, ce qui veut dire que l’employeur va en réalité dépenser en sus une certaine somme en cotisations sociales. Un rapide tour sur une calculatrice prise au pif nous dit que pour ce salaire, le coût total employeur est de 402.21€. C’est au minimum ce coût que vous, en entreprise, vous devez facturer à votre client. Pour la suite de notre exemple, on retiendra 400 € comme nombre rond et facile à retenir.

Contrairement à un intermittent, vous ne bénéficiez pas de la sécurité du chômage intermittent. Il est donc normal de toucher plus d’argent, soit au moins autant que ses cotisations.

En tant que vidéaste indépendant, vous êtes bien souvent plus que cadreur sur votre tournage : en général vous venez avec une équipe réduite, voire tout seul. Ainsi, vous êtes aussi a minima réalisateur et producteur. Il convient donc de monter encore votre tarif en fonction de la configuration du tournage. Pour ce qui est de combien monter, c’est à votre appréciation. Cela peut être de quelques euros si vous débutez, ou bien jusqu’à plusieurs milliers d’euros si vous êtes une référence dans votre domaine et que vous avez réussi à vous bâtir une réputation.

Cumulation avec d’autres postes

Pour filmer votre interview il faut éclairer votre sujet et prendre le son. Là encore, on va pouvoir aller voir la convention pour en extraire les salaires à la journée pour ces postes :

  • Ingénieur son : 284.4 € de salaire soit 445,92 € facturés
  • Directeur photo : 413.39 € soit 641,12 € facturés

J’estime personnellement que je fais tout seul du travail 3 fois moins efficace que des personnes dédiées à ces postes. Non seulement car je n’ai pas autant de compétences que ces profils très spécialisés, mais aussi car je suis seul et que j’ai moins de temps disponible pour chaque tâche. Ainsi, je facture environ 200 € le son et 200 € la mise en lumière. On obtient donc un tarif journalier de vidéaste multi-talents à 800 €.

Si le client a un budget qui le permet, j’embauche un ingénieur son et un directeur photo au prix de la convention. Ainsi, on augmente le niveau de qualité de la prestation. De mon côté, je suis moins rémunéré pour le tournage, mais je rajoute des coûts de pré-production : monter une équipe, la briefer et la coordonner en amont du tournage, cela prend du temps, et cela doit se facturer. Pour calculer ce coût, on peut se référer par exemple au salaire du directeur de production. Ce n’est pas exactement les mêmes attributions que votre activité un peu touche à tout, mais ça donne une idée.

Vous avez donc l’idée : picorer dans les salaires de postes ultra spécialisés pour bâtir votre rémunération de profil généraliste. Puis prendre en compte les cotisations sociales pour facturer correctement.

Le matériel

Il convient évidemment de rajouter le coût de location de votre matériel au budget de la prestation. Et ce même si vous en êtes le propriétaire. Même si vous débutez et que vous avez acheté votre caméra avec vos petites économies avant de vous lancer. Pour ce faire, allez faire un panier de location chez 2 ou 3 loueurs et faites une moyenne, ça vous donnera une idée. Pensez à inclure trépieds, objectifs et autres accessoires.

Les frais fixes

Vous avez plein de choses à payer en dehors de vos prestations : licences logicielles, abonnements à des sites de musiques/images de stock, téléphone, connexion internet, locaux, assurance RC pro, potentiellement assurance et formations drone et j’en passe. La première erreur des débutants : croire qu’ils n’ont pas de frais fixes. Que tout ça, « c’est du perso » et que c’est pas la boite qui paie. La confusion arrive souvent lorsqu’on est en micro entreprise et qu’on ne retire pas spécialement d’intérêt à passer ces frais sur la boite. Il en est de même pour les locaux : même si vous travaillez chez vous, vous avez un bureau voire une pièce entière dédiée à votre activité. Il faut que vous louiez cette surface à votre entreprise. Une chose est sûre : il faut facturer tous ces frais. Personnellement je rajoute ces frais à mes tarifs journaliers.

Le montage

Avec tous ces calculs, on sait comment facturer une journée de tournage. Pour le montage, c’est pareil : on va regarder le salaire d’un chef monteur dans la convention, et on fait notre petit calcul pour passer en somme facturée. Et on rajoute la location de la station de montage.

Entrepreneuriat

5 Comments

  1. Super article, je suis tout à fait d’accord avec le fond. Mais dans les faits, c’est différent : il y a pléthore d’agences, d’entreprises ou de particuliers qui ne sont pas prêts à payer le vidéaste multi-talents à 800€/jour.
    Avec la démocratisation du secteur, il y a de plus en plus de vidéastes, et cela tire les prix vers le bas ; de l’autre côté les entreprises et particuliers sont beaucoup plus enclins à faire appel à la vidéo (com’, réseaux sociaux…), mais tous n’ont prévu un budget aussi conséquent…
    Donc oui, ce tarif de 800 € / jour est peut-être un but vers lequel tendre, mais perso si je demandais ce tarif, eh bien je ne bosserais pas du tout…
    D’ailleurs, sur Malt, je vois plusieurs vidéastes confirmés qui ont des tarifs tournant plutôt autour de 400 €, 500 € max la journée.

    Je pense comme toi qu’il faut faire respecter notre valeur et nos compétences, et qu’il n’y a rien de pire que ceux qui se bradent et cassent les prix.
    En revanche, les tarifs indiqués et sur lesquels tu te bases sont peut-être en décalage avec les multiples dimensions du métier aujourd’hui, où les petits tournages sont nombreux, et où l’on peut se former facilement sur internet et commencer à tourner avec un matos à 1500€. On est plus forcément sur du gros client et des tournages grosses prod avec la caméra à l’épaule et tout, et quelque part c’est normal que ça se ressente sur le prix demandé.

    Merci en tout cas pour ton petit point sur la question 🙂

    1. Je vois tout à fait ce que tu veux dire ! Le truc, c’est que tous ceux qui se positionnent sur du low cost ne vont pas durer. Travailler sur du gros volume à des prix dérisoires, ce n’est pas tenable sur le long terme.
      Effectivement, beaucoup de petites entreprises et de particuliers ne peuvent pas payer ces prix là, c’est pour ça que je les fuis.

  2. Salut et merci pour ton article ! C’est top !

    J’avais fait un peu le même sur mon blog, mais en nuançant tout de même sur les tarifs appliqués.

    Je vais l’actualiser bientôt et différenciant 3 choses : l’intermittent, le free-lance et le businessman. Je pense qu’on peut trouver sa place avec ses tarifs. Mais surtout selon qui on est !

    Voilà l’article : https://www.florentcurk.com/blog/budget-et-devis-d-un-videaste-independant/

      1. Super article ! C’est intéressant de voir quelqu’un qui a la même approche que moi mais qui prend les choses différemment sur certains points.

        Le blog est sous WordPress, qui propose le système de commentaires nativement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.