Utilisez vos logiciels en anglais seulement

Le plaisir de monter dans la langue de Shakespeare.

Le titre de l’article est partiellement faux pour des raisons de limite de nombre de caractères. Plus exactement, je vous recommande d’utiliser un logiciel dans la langue pour laquelle il a été écrit de prime abord. Si vous utilisez par exemple un logiciel français rédigé en français puis traduit en anglais, privilégiez le français, of course.

Pour éviter les traductions approximatives

Comme pour un film avec ses doublages ou ses sous-titres, une traduction sera toujours moins bonne que le texte original. Je crois même qu’un doubleur professionnel avait dit qu’il était condamné à être « mauvais », dans le sens où sa voix n’était pas la vraie voix de l’acteur et qu’il ne pouvait que limiter les dégâts.

Des traductions de libellés peuvent être approximatives, voire fausses, voire manquantes. D’une version du logiciel à l’autre, elles peuvent changer, ce qui peut vous perdre.

Le genre d’exemple qui m’énerve : le « warp stabilizer » de Premiere et After Effects s’appelle « stabilisation » sous Premiere en version française. Par contre, il s’appelle « stabilisation de déformation » sous After Effects, car il y a déjà dans ce logiciel un plus ancien effet qui s’appelle « stabilisation » tout court et qui fonctionne différemment. On a donc deux effets nommés de la même manière sous Première et After Effect, mais qui ne font pas la même chose.

Dans mon ancienne carrière de développeur j’avais par mégarde installé mon système d’exploitation en français. Je l’ai payé pendant plusieurs mois (car flemme de prendre les 5 minutes nécessaires pour passer en anglais, évidemment) : traductions inexactes et périmées à gogo.

La mauvaise excuse : la barrière de la langue

Si vous vous estimez très mauvais en anglais, rassurez vous, vous êtes géniaux, vous allez y arriver. Ou pas. Mais en tout cas, la langue du logiciel n’aura pas grand effet sur vos chances de succès pour sa prise en main.

Au final, quand vous ouvrez After Effects ou Blender, les différents termes techniques ont beau être en français, vous n’allez rien y piger quand même sans comprendre leurs philosophies générales. Donc autant embrasser l’anglais à fond.

Enfin, avoir l’appréhension de l’anglais va vous empêcher de vous auto former, tout simplement car cela vous prive d’accès à l’immensité des tutos et vidéos de conseils disponibles sur le net. Certes il en existe en français, mais ce n’est rien par rapport à toute la richesse de contenu que peuvent proposer des TLDR Filmmaker, Curtis Judd et autres Camera Conspiracies (bon ok, peut-être pas lui, mais allez voir ce qu’il raconte, il est très drôle).

Montage, Philosophie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.