Avis sur le Sirui 50 mm f/1,8 Anamorphic

Un objectif excellent, mais pas pour les raisons qu’on croit.

La promesse de Sirui

Sirui nous promet un objectif anamorphique pour pas cher : 700 € environ. Si vous ne savez pas ce qu’est l’anamorphique, il y a des pages qui en parlent mieux que moi, et d’autres qui font des comparatifs avec des objectifs « classiques ». En gros, ce que je recherche avec l’anamorphique, c’est une image pleine de « défauts charmants » : des flares abusés, du flou d’arrière plan déformé. Il y a aussi un autre avantage : la possibilité de gagner en résolution verticale. Mais je suis assez peu sensible à cet argument de vente.

Ce test a été fait sur la version micro 4/3, avec un Panasonic GH5s, ce qui aura son importance par la suite.

Quelques tests

J’ai tout d’abord tourné une vidéo en plein confinement avec les acteurs que j’avais sous la main. Voici des captures, la vidéo étant privée :

Premier constat : le Sirui a un excellent piqué, même à pleine ouverture. Par contre, dans ces conditions de tournage, en intérieur avec un éclairage quasi naturel, on ne voit pas le côté anamorphique.

J’ai ensuite pu tourner une série de publicités web avec l’objectif. Elles ne sont pas encore disponibles, voici donc des captures des versions de travail, avec l’excellent acteur Benjamin Air :

Ça ne saute pas aux yeux, mais il y a un peu de fouillis dans le flou d’arrière plan qui me plait beaucoup : j’aime bien la forme des feuillages.

Des images de nuit

Je n’ai rien tourné de nuit, car ça m’arrive rarement et cela ne correspond pas à mon besoin principal, mais d’autres l’ont fait :

On obtient un flou d’arrière plan très intéressant sur les sources d’éclairage et des flares bien violents.

Conclusion 1 : un caractère pas très marqué

J’ai d’abord été déçu par l’objectif : je suis intéressé par l’anamorphique pour tous les petits défauts optiques qui lui donnent du charme : flares violents, déformation exagérée des zones floues. Or, le Sirui reste très sage à ce niveau.

On voit bien les caractéristiques de l’anamorphique sur des éclairages un minimum sophistiqués dont les sources viennent directement taper dans l’objectif. Mais en dehors de ces plans tape-à-l’oeil, je dirais que l’objectif est trop propre, trop « parfait ».

Conclusion 2 : la force du 1.33

Je tourne sur capteur micro 4:3. Si on utilise cet objectif en filmant en 4:3, et qu’on y applique du 1.33, on tombe sur du 16:9. Cet objectif est donc parfait pour avoir une image finale en 16:9 en l’associant à ce type de capteur. Et c’est de mon point de vue un énorme avantage : la grande majorité de ce que je livre est dans ce format. Et les autres formats, c’est souvent du carré pour les réseaux sociaux, ce qui est envisageable avec cet objectif si on rogne les bords du 16:9.

Le seul vrai défaut

Le plus gros problème du Sirui Anamorphic, c’est la distance minimale de mise au point : 85 cm. C’est beaucoup, et ça m’a énormément embêté pendant mon tournage de publicité. Impossible de trop s’approcher de son sujet pour les très gros plans. Je me suis donc posté à environ 1 mètre du sujet, filmé en 4K, et zoomé en post-production. C’est un contournement qui a ses limites.

Cette contrainte est plus due à l’anamorphique qu’à l’objectif lui même, il ne faut donc pas espérer beaucoup mieux sur d’autres objectifs similaires.

Enfin, un deuxième petit défaut, qui se contourne facilement, mais qui est très énervant : c’est un objectif vidéo, et pourtant ils n’ont pas pris la peine de rajouter des crans de follow focus. C’est rageant de devoir en acheter séparément.

Verdict

J’adore cet objectif, mais pas pour les raisons auxquelles je m’attendais : c’est un excellent 50mm avec un un peu de caractère, parfait pour des publicités ou vidéos corporates auxquelles on veut insuffler un petit supplément d’âme. Mais le côté anamorphique reste à mes yeux très anecdotique si on ne tourne pas en pleine nuit avec l’éclairage qui va bien, principalement car il s’agit d’un facteur 1.33x et pas 2x. Mais le 1.33x est aussi la grande force de l’objectif, qui permet de tourner en 16:9.

J’ai avant tout acheté cet objectif car il me fallait un 50mm. Le côté anamorphique est donc un petit bonus agréable mais ne doit pas être, à mon sens, la motivation principale de l’achat.

Matériel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.